Interview

A la rencontre d'Abdoulaye Ndoye

Le 

Dans la victoire du MSB face à Nancy (96-82), il a signé l'autre grande performance du match. Tout comme Valentin Chéry, Abdoulaye Ndoye a fait un match plein : 21 points et 21 d'évaluation, avec un énorme impact des deux côtés du terrain. Une belle occasion de vous présenter le jeune homme, arrivé au MSB en début de saison. Entretien.    

Abdoulaye, tu peux te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Abdoulaye Ndoye. J’ai 24 ans. Je joue au poste d’arrière et je mesure 1m99. J’ai mes deux parents, une sœur et un frère.

Tu as été formé dans le Nord, puis à Cholet…
Oui. Mon père (Oumar) a fini sa carrière de basketteur à Gravelines C’est pour cela que je suis né à Dunkerque, à côté de Gravelines. Et c’est là que j’ai commencé le basket. Après j’ai joué à Grande-Synthe et j’ai intégré le Pôle Espoirs du Nord-Pas de-Calais. Puis je suis parti au centre de formation de Cholet, en cadet.


Tu es arrivé au Mans en début de saison comme pigiste médical de Brynton Lemar. Tu avais même annoncé que tu partirais à la fin de ton contrat…
(Il coupe) C’était en réponse à une question d’un journaliste. Je ne me souviens plus exactement, mais à cette époque je venais d’arriver pour huit semaines et j’avais effectivement l’objectif de jouer à l’étranger à la fin de mon contrat. Et au final, comme on ne sait jamais de quoi sera fait demain, j’ai ouvert la porte à une prolongation au Mans.


Qu’est-ce qui t’a décidé à signer au MSB finalement ?
Tout simplement parce que depuis mon arrivée, j’ai pu constater que le coach avait mis en place tout ce qu’il m’avait annoncé. Tout ce qu’il m’a dit quand il m’a contacté, il l’a fait. Après il y a l’ambiance générale, on forme un bon groupe dans lequel je me sens vraiment à l’aise. J’apprécie aussi nos entraînements, la manière dont ils sont structurés. En fait c’est un ensemble de choses qui m’a convaincu. Au moment de prendre ma décision, je n’avais aucune raison de ne pas signer pour la saison.


Que penses-tu de ta nouvelle équipe ?
C’est un groupe sain, avec beaucoup de jeunes, et tout le monde s’entend bien. On s’entraîne sérieusement, on se pousse les uns les autres. Je connaissais déjà un peu certains joueurs, mais j’ai vraiment sympathisé avec tout le monde. Je m’entends très bien avec Kaza et Terry par exemple, qui sont à côté de moi dans le vestiaire. Et même avec les Américains de l’équipe il y a une bonne entente, ce qui n’est pas toujours le cas.

Abdou 3

Comment vois-tu ton rôle dans l’équipe ?
Mon rôle est varié. Je dois apporter des deux côtés du terrain, amener de l’agressivité. Je suis là pour apporter des points et défendre fort, amener de la gestion en étant un relais pour le meneur aussi. C’est un rôle très polyvalent en fait.


C’est d’ailleurs une chose qui te caractérise, la polyvalence. Mais quel est ton poste de prédilection ?
Mon poste naturel c’est arrière, poste 2 comme on dit. Ce que j’aime en fait, c’est être un électron libre. J’aime jouer à l’instinct sans me poser trop de questions. Je peux jouer dans un rôle très spécifique bien sûr, mais ce que j’apprécie vraiment, c’est de pouvoir faire un peu de tout sur un terrain. Aller dans la raquette, défendre, tirer extérieur, jouer en pénétration, faire des passes… Tout !


Toi qui as une certaine expérience du championnat et qui a connu plusieurs coachs, peux-tu nous décrire la méthode d’Elric Delord ?
Déjà, c’est quelqu’un de très respecté dans le championnat. Dans mes anciens clubs, quand on préparait les rencontres face au MSB, les coachs parlaient toujours d’Elric avec beaucoup de respect. C’est un entraineur sérieux, qui travaille beaucoup et qui est bienveillant avec ses joueurs, tout en sachant quand il faut leur rentrer dedans. Il nous pousse vers le haut, c’est vraiment un bon coach. Et il est encore jeune... On entendra parler de lui dans le futur.


Entrons dans un registre plus personnel : qu’aimes-tu faire en dehors du basket ?
Je suis quelqu’un de très casanier. J’aime rester chez moi et passer du temps avec ma famille quand elle est là, ou regarder des séries et des films. Pendant la saison, je sors surtout pour aller à l’entraînement, puis je rentre... Tu as peu de chances de me croiser dans la rue. Il m’arrive aussi de jouer aux jeux vidéo, ça dépend des périodes. Je peux jouer à un jeu pendant deux semaines et totalement arrêter, puis m’y remettre avec un autre jeu un mois après.

Abdou 4

Tu écoutes de la musique ?
J’adore la musique, j’en écoute tous les jours. J’aime à peu près tout, sauf l’électro et le rock. J’écoute principalement du hip-hop et du RnB, mais j’aime beaucoup la musique classique aussi.


Tu cuisines ?
Pas trop. Je sais faire à manger, mais ce n’est pas vraiment mon truc.


Et quel est ton plat préféré ?
J’en ai deux : le pad thaï et le poulet yassa.


Quelle est ta principale qualité ?
Je suis toujours de bonne humeur, facile à vivre. Je suis quelqu’un de cool qui aime bien rigoler. Je cherche toujours à voir le positif. J’ai un peu de mal après une défaite parce que je déteste perdre. Le soir et le lendemain matin d’une défaite, je suis plutôt prostré chez moi à ressasser… Mais après ma bonne humeur reprend le dessus.


Et ton plus gros défaut ?
Peut-être l’insolence. Je ne le fais jamais méchamment, mais c’est mon côté qui aime bien chambrer. Je sais que ça peut énerver… Mais l’avantage, c’est que je le sais ! (Rires)

Ton meilleur souvenir ?
J’en ai plein. Déjà, les championnats d’Europe remportées en U16 et U18 avec l’équipe de France. J’ajouterais le titre de champion de France cadet avec Cholet et l’Eurocup avec Monaco.


Si tu pouvais avoir un superpouvoir, ce serait quoi ?
Mon super-héros préféré, c’est Flash. Mais si je devais choisir ce serait la téléportation, comme dans le film "Jumper".


Et si tu étais un animal ?
Un aigle royal. Parce qu’il ne craint rien, qu’il peut regarder le monde d’en haut et faire sa vie tranquille.


Si tu pouvais discuter avec qui tu voulais, vivant ou mort, qui choisirais-tu ?
Robert Kiyosaki, l’auteur de « Père riche, père pauvre ».


Une équipe de basket préférée ? Et tu ne peux pas dire Le Mans !
Je n’ai pas d’équipe préférée. Petit, j’aimais beaucoup les Lakers avec Kobe Bryant. Mais maintenant, je suis juste les équipes dans lesquelles jouent mes potes.


Pour finir, tu as un message pour les fans du MSB ?
Venez nombreux nous voir jouer, parce que je pense que l’on va faire une belle saison. En tous cas je l’espère et on va tout faire pour ! On a besoin de votre soutien pour gagner un maximum de matchs, en espérant offrir des play-offs au public d’Antarès.

Abdou 5Crédit photos : Olivier Barthon


 

Le Mans Sarthe Basket

Rue Juan Manuel Fangio
72100 LE MANS
FRANCE

 

Accueil du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 14h à 18h

Tél : +33 (0)2 43 50 21 80
E-Mail : billetterie@msb.fr