BETCLIC ELITE - 2021/2022 - 16ème journée
dimanche 16 janvier - 17:00

Le Mans

80

       

81




23 - 23  |  22 - 26  |  17 - 13  |  18 - 19

Lyon-Villeurbanne

Pour n’avoir pas réussi à tuer le dernier match de l’année 2021 face à d’opiniâtres Gravelinois, les Manceaux ont vu ceux-ci repartir avec la victoire.

L’année aurait dû commencer par une entame tout aussi périlleuse pour les hommes d’Elric Delord, avec un déplacement à Dijon. Mais le Covid en a décidé autrement en s’abattant sur la troupe bourguignonne la veille du match, alors que les sarthois étaient déjà sur place. Le MSB débutera donc 2022 par un plat de résistance pour le moins consistant avec ni plus ni moins que le champion en titre !

Le MSB a donc rendez-vous ce dimanche 16 janvier à 17h00 pour la seizième journée du championnat dans sa salle d’Antarès contre l’Association Sportive Villeurbanne Et Lyon.

Champion de France en titre au terme de play-offs très raccourcis, le club rhodanien a continué à miser sur une équipe constituée des meilleurs joueurs français, complétée par des étrangers d’impact ou à fort potentiel. Le résultat est impressionnant sur le papier : 15 joueurs pros sous contrat dont 8 joueurs JFL qui seraient titulaires dans n’importe quel autre club du championnat ! Malgré tout, le bilan à presque mi-saison est moyen compte-tenu des ambitions légitimes liées à un tel effectif : une septième place avec un ratio de 8 victoires pour 6 défaites. La faute, entre autres, à un très mauvais mois de décembre (1v – 3d) terminé par trois défaites consécutives. Les nombreuses blessures et la fatigue de disputer l’Euroleague ne sont pas étrangers à cette mauvaise passe. Mais gare ! L’ASVEL a besoin de victoires, car pas à sa place actuellement. C’est bien un ogre de Betclic ELITE quai se déplace dimanche dans la Sarthe avec l’ambition de dévorer à pleines dents l’actuel troisième du championnat.

L’effectif est entraîné par Terence Jonathan "TJ" Parker, frère du président du club, un certain William Anthony II, mais que tout le monde appelle "TP" et qui est sans doute le meilleur joueur de l’histoire du basket français. Souvent décrié pour avoir obtenu son poste de head coach par népotisme, il a prouvé en remportant la coupe et surtout le championnat de France l’année dernière que ses qualités d’entraîneur sont bien réelles. Cette saison, il continue à démontrer dans la très relevée Euroleague qu’il est tout à fait à même de diriger un effectif aussi riche.

téléchargez votre programme 2

Présentation de l’équipe de l’ASVEL :

N°0 – Elie OKOBO : 1m88, 24 ans. Arrière / Meneur. Français.
Un vrai combo, aussi à l’aise au poste 2 qu’au poste 1. Scoreur dans l’âme, il est capable de marquer dans toutes les positions, même les plus improbables, et à n’importe qu’elle distance, la défense de Monaco se souvient encore des 44 points qu’il lui avait passés en 2018 avant de partir vers le rêve NBA où il n’a pu confirmer son potentiel. Le danger numéro 1 d’un effectif qui n’en manque pourtant pas.

N°3 – Chris JONES : 1m88, 28 ans. Meneur. Américain.
Un meneur physique, large et puissant. Très fort en un contre un, il a aussi une excellente lecture du jeu sur pick’n roll. Sa carrière est atypique puisqu’il a commencé celle-ci en… Mongolie pour finir en Euroleague au Maccabi Tel-Aviv avant de choisir l’ASVEL pour cette saison.

N°5 – Charles KAHUDI : 1m99, 35 ans. Ailier. Français.
Est-il encore besoin de présenter "L’Homme" au public manceau ? Il aura porté pendant 6 saisons la tunique tango pour le plus grand bonheur des supporters sarthois. Énorme défenseur, disposant de qualités physiques très au-dessus de la moyenne y compris pour le championnat de France où les athlètes ne manquent pas. Avec les années, il a développé un tir extérieur redoutable d’efficacité (42,3% à 3 points cette saison). En phase de reprise après une blessure à la cheville.

 N°6 – Paul LACOMBE : 1m95, 31 ans. Arrière. Français.
Après 6 défaites en finale consécutives, ce véritable enfant du club (il est né à Vénissieux – à moins de 10 kms de Villeurbanne – et a été formé au club) a enfin gagné le titre national l’année dernière. Excellent défenseur, très fort en jeu de transition et dans la recherche du jeu dans les intervalles, c’est toujours un poison pour l’adversaire

 N°8 – Antoine DIOT : 1m93, 32 ans. Meneur / Arrière. Français.
Un autre ancien Manceau. S’il avait été épargné par les blessures, Antoine aurait sans doute été un des meilleurs joueurs d’Europe à son poste tant il a tout en magasin : justesse de jeu, adresse (42,4% à 3 points), sens de la passe et de l’organisation du jeu, défense… et même un peu de vice.

N°9 – Marcos KNIGHT : 1m88, 32 ans. Arrière. Américain.
Confronté à l’absence prolongée de David Lighty, le staff villeurbannais a signé comme remplaçant médical l’un des meilleurs joueurs de la saison dernière chez son rival monégasque ! Arrière musculeux et très à l’aise en jeu de transition, il n’a pas tardé à s’installer dans la rotation lyonnaise avec aisance. Un casse-tête de plus pour les Sarthois.

N°14 – James GIST : 2m06, 35 ans. Pivot / Ailier-fort. Américain.
Arrivé comme pigiste médical de Raymar Morgan au départ, il a été prolongé jusqu’à la fin de la saison. Il faut dire que ce très expérimenté (14 saisons professionnelles) intérieur a démontré toutes ses qualités durant ce début d’année. Si ses statistiques ne sont pas impressionnantes au premier abord (5,1 points et 4,3 rebonds), il ne faut pas oublier le contexte très concurrentiel de l’ASVEL et qu’il est surtout un joueur à vocation défensive. De plus, sa capacité à pouvoir évoluer indifféremment sur les postes intérieurs est précieuse.

N°19 – Youssoupha FALL : 2m21, 27 ans. Pivot. Franco-Sénégalais.
Le troisième ancien Manceau de l’effectif, champion de France 2018 avec le MSB et champion d’Espagne en 2020 avec Vitoria. Ce gentil géant est une tour de défense impressionnante dans la raquette où sa taille oblige n’importe quel shooteur à modifier sa trajectoire devant ses bras immenses. Au rebond, il est une menace permanente et est presque inarrêtable s’il reçoit le ballon près du cercle.

N°21 – Dylan OSETKOWSKI : 2m06, 25 ans. Pivot / Ailier-fort. Américano- Allemand.
Un joueur au gros potentiel. Formé aux États-Unis, il est capable d’évoluer aussi bien au poste de pivot grâce à son excellent jeu dos au cercle qu’au poste d’ailier-fort grâce à un tir extérieur très fiable. Il a disputé 11 matchs de championnat pour 11 titularisations dans le 5 majeur : un signe qui montre bien le talent du bonhomme.

N°25 – William HOWARD : 2m03, 28 ans. Ailier-fort / Ailier. Français.
Un poste 4 moderne qui aime énormément s’écarter du cercle pour ouvrir le jeu. Capable de jouer aussi bien au poste 3 grâce à sa mobilité et son aisance technique. Son potentiel offensif est impressionnant, sa seule relative faiblesse étant sur l’aspect défensif où il peut parfois souffrir contre des postes 4 plus puissants qui joueraient près du cercle. Annoncé toutefois très incertain en raison d’un problème aux cartilages d’un genou.

 N°32 – Matthew STRAZEL : 1m82, 19 ans. Meneur. Français.
Grand espoir du basket français et pur produit de la formation rhodanienne il est à seulement 19 ans déjà expérimenté de deux saisons pleines au plus haut niveau. Meneur rapide et très à l’aise au niveau technique, bon passeur et capable de déclencher son tir de très loin et surtout avec une mécanique très rapide ce qui le rend difficile à défendre.

N°37 – Kóstas ANTETOKOÚNMPO : 2m08, 24 ans. Ailier-fort / Pivot. Grec.
Ses deux frères (Giánnis et Thanásis) sont champions NBA. Il dispose lui aussi de qualités athlétiques hors normes mais doit travailler son jeu dans un collectif car il n’a connu principalement que la très individualiste G-League. Quand on voit ce que donne le "Greek Freak" (surnom donné à son frère Giánnis, MVP des dernières finales NBA) sur un terrain une fois son physique pleinement maîtrisé, on comprend le pari pris par l’ASVEL sur ce phénomène physique.

 

La rencontre est à suivre en direct sur beIN SPORTS à partir de 17h00.

 

Rappel du programme à venir :

  • Samedi 22 janvier 19h00, J17 : Fos / MSB (LNB TV)
  • Samedi 29 janvier 20h00, J18 : MSB / Orléans (LNB TV)

 

Présentation de l’équipe du MSB :

 N°0 – Darius JOHNSON-ODOM : 1m87, 32 ans. Arrière / Meneur. Américain.
Vu plus qu’à son avantage du côté d’Orléans l’année dernière avant de subir une grave blessure (rupture du tendon d’Achille droit). Doté d’un physique impressionnant (95 Kg de muscles et une énorme détente), cet arrière maîtrise toute la panoplie offensive et a fait des ravages partout où il est passé. Considéré comme un arrière, il s’est aussi essayé, avec succès, au poste de meneur il y a quelques années en Italie dans une équipe où évoluait aussi un certain TaShawn Thomas. Monte logiquement en puissance depuis quelques matchs.

N°1 – Deishuan BOOKER : 1m91, 24 ans. Arrière / Meneur. Américain.
Encore peu connu en Europe, Deishuan est capable d’évoluer aussi bien au postes 2 et 1. Joueur adroit, bon passeur et impliqué dans les tâches défensives, il aura pour mission d’assurer une solide rotation sur les deux postes d’arrière, voire plus en cas d’explosion. N’a pu participer aux derniers matchs depuis la reprise de Kaza en raison de la réglementation concernant les JNFL.

N°3 – Matthieu GAUZIN : 1m90, 20 ans. Meneur / Arrière. Français.
Prêté au CCRB la saison passée, il a fait plus que répondre aux attentes en assurant plus de 7 points de moyenne en 23 minutes. Doué d’une vitesse impressionnante, il n’a pas son pareil pour punir l’équipe adverse en transition. Son tir à 3 points est son axe de progression le plus important.

N°4 – Scott BAMFORTH : 1m88, 32 ans. Arrière. Américano-Kosovar.
Un sniper d’élite, capable de dégainer à tout moment. Joueur d’une élégance rare sur le terrain, Scott a rempilé pour une saison pour le plus grand bonheur des fans du MSB. Leader d’attaque sur le terrain il sait aussi faire profiter de son expérience à tous ses coéquipiers et se montrer malin en défense. All Star fin décembre, il a aussi survolé le concours du Shoot à 3 Pts.

N°9 – Hugo MIENANDI : 2m03, 18 ans. Ailier-fort / Ailier. Français.
À 17 ans et devant une avalanche de blessures, il a été plongé dans le grand bain des rencontres professionnelles. Impressionnant de maturité, il a assuré une rotation plus que solide et a participé pleinement à l’obtention de la septième place de la saison. Doit acquérir un tir extérieur fiable pour réussir à devenir un ailier redoutable dans le futur.

N°10 – Kaza KAJAMI-KEANE : 1m88, 27 ans. Meneur. Canadien.
Un vrai meneur organisateur. Capable d’alimenter la marque si la défense lui manque de respect aussi bien que de distribuer le jeu pour ses coéquipiers. Très bon défenseur, il aura traîné une blessure au genou qui va lui aura fait manquer le début de la saison, mais il a enfin pu signer un retour probant contre Roanne.. A besoin de jouer pour retrouver physique et sensations. Porte le n°10 en hommage à Mike Bibby.

N°11 – Terry TARPEY : 1m95, 27 ans. Ailier. Franco-Américain.
Bien qu’il soit Français et même membre du Team France, Terry n’est pas considéré comme JFL. Qu’importe, son activité incessante sur le terrain, qui donne parfois l’impression qu’il joue avec un frère jumeau en même temps, fait de lui un élément indispensable de l’équipe. Défenseur de premier plan, son vis-à-vis est certain de devoir s’employer les soirs de match, mais comme il est sympa, il ne rechigne pas à s’occuper aussi des autres joueurs… histoire de faire partager un peu de son énergie à tout le monde. Nouvel international et All Star, le Capitaine du MSB vit actuellement la meilleure période de sa carrière.

N°33 – Dante CUNNIGHAM : 2m03, 34 ans. Ailier-fort. Américain.
10 saisons et 736 matchs NBA au compteur. Un CV que l’on n’a pas l’habitude de voir dans les bords de la Sarthe. Spécialiste des tâches obscures dans la grande ligue, Dante a décidé de relever un nouveau défi en Europe. Joueur de collectif et excellent défenseur, il fait souvent passer une soirée en Enfer à ses vis-à-vis.

N°35 – TaShawn THOMAS : 2m03, 28 ans. Pivot / Ailier-fort. Américain.
Un intérieur polyvalent, capable de remonter le ballon et de se montrer clairvoyant à la passe. Attaquant racé, très bon défenseur, son envergure de 2m17 lui permet de compenser sa relative petite taille pour un pivot. Le leader du secteur intérieur de l’équipe est tout simplement la meilleure évaluation de la Betclic ELITE. All Star lui aussi.

N°39 – Kenny BAPTISTE : 2m04, 21 ans. Ailier. Français.
Un diamant qui doit encore être façonné. Capable de jouer à tous les postes, bon défenseur, il doit progresser dans l’intensité, la concentration et le tir extérieur pour devenir un incontournable à son poste et sur le terrain. Il en a le talent, reste à le mettre en application.

N°44 – Williams NARACE : 2m02, 24 ans. Ailier-fort. Camerounais.
Un guerrier de la raquette. Certains doutaient de sa capacité à s’exprimer au plus haut niveau… il aura balayé ces doutes aussi facilement qu’il massacre les cercles. Puissant et vertical, Williams ne rechigne pas non plus à punir les défenses qui ne respectent pas son tir extérieur. Quatrième All Star de l’effectif sarthois et grand pote de Valentin.

N°97 – Valentin CHÉRY : 2m02, 24 ans. Pivot / Ailier-fort. Français.
Dans la grande tradition des joueurs que le club va détecter en Pro B, cet ancien coéquipier de Williams en Espoirs en 2017 (avec qui il décrocha le titre) est lui aussi un intérieur tout en énergie et volonté. Si on l’attend surtout en défense et au rebond, il ne rechigne pas à alimenter la marque.

Le Mans

#0. Darius JOHNSON-ODOM

32 ans, 187 cm, Meneur-arrière

#1. Deishuan Booker

25 ans, 191 cm, Meneur-arrière

#3. Matthieu GAUZIN

20 ans, 190 cm, Arrière-meneur

#4. Scott BAMFORTH

32 ans, 188 cm, Arrière-meneur

#5. Lucas VERAGHE

20 ans, 197 cm, Arrière

#9. Hugo MIENANDI

18 ans, 199 cm, Ailier

#10. Kaza KAJAMI-KEANE

27 ans, 188 cm, Meneur

#11. Terry TARPEY

27 ans, 195 cm, Ailier-arrière

#33. Dante CUNNINGHAM

34 ans, 2,03m, Intérieur

#34. Mathias VAN DEN BEEMT

20 ans, 213 cm, Pivot

#35. TaShawn THOMAS

28 ans, 203 cm, Intérieur

#39. Kenny BAPTISTE

21 ans, 204 cm, Ailier

#44. Williams NARACE

24 ans, 202 cm, Ailier

#97. Valentin CHERY

24 ans, 202, Intérieur

Elric DELORD

Entraineur

Antoine MATHIEU

Assistant

Romain Zwicky

Assistant

Jordan BERNARD

Assistant

Privé du match de reprise contre une JDA Dijon victime de la pandémie le 7 janvier dernier, le MSB avait donc le redoutable privilège de démarrer l’année contre l’un des deux ténors annoncés du championnat : l’ASVEL et son effectif estampillé Euroleague.
Avec à la baguette un entraîneur bien connu d’Elric, le duel des coachs s’annonçait lui aussi très respectueux mais avec tous les pièges de deux tacticiens qui se connaissent par cœur.
 
Face à une équipe présentant un bilan de 8 victoires pour 6 défaites, qui plus est sur une série de 3 défaites en cours, et donc très loin de ses objectifs, il ne fallait pas s’attendre au moindre relâchement. Les supporters sarthois, que ce soient pour les chanceux sur place ou pour ceux devant leur écran, avaient tous bien conscience de l’immense défi qui attendait l’équipe mancelle.
 
Amputé du soutien d’une partie de son public avec une jauge limitée à 2.000 personnes, les Manceaux devaient en plus composer avec l’absence de Kenny Baptiste (cheville) et de Darius Jonhson-Odom (mollet) remplacé par Deishuan Booker. Autant dire qu’au moment du coup d'envoi, et malgré une troisième place au classement du championnat, les faveurs des pronostics étaient plus du côté rhodanien que sarthois.
 
5 de départ MSB : Scott BAMFORTH, Kaza KAJAMI-KEANE, Terry TARPEY (cap), Dante CUNNINGHAM, Williams NARACE.

5 de départ ASVEL : Elie OKOBO, Chris JONES, Charles KAHUDI (cap), Marcos KNIGHT, Youssoupha FALL.

Dès l’entre-deux initial, pas de round d’observation entre les deux formations. Le MSB, bien guidé par Kaza, se montre collectif et incisif vers le cercle. Logique alors que les locaux fassent un premier écart (8-3, 2’). Dante, Williams puis trouvent la cible à tour de rôle (16-6, 6’). L’ASVEL n’y est pas d’où le temps mort posé par T.J Parker. Knight tente bien de montrer la voie à ses partenaires, mais cela ne suffit pas pour l’instant (21-16, 8’). Puis, un peu moins juste dans le jeu, les Manceaux voient les Villeurbannais revenir à deux points (21-19, 9’). TaShawn ne tremble pas aux lancers. Osetkoski termine ce quart en signant un dunk pour égaliser.
Score au 1er QT : 23-23

Lacombe donne l’avantage à l’ASVEL pour la première fois du match. Matthieu part au cercle, provoque la faute mais ne convertit qu’un lancer sur deux (24-25, 12’). Cap’tain Terry met dedans à 3 points, mais Lacombe et Jones répondent. Les deux formations restent donc au coude à coude à 5 minutes de la pause (33-33, 15’). Ce diable de Jones fait mal à la défense mancelle (35-40, 17’). Dante marque des points précieux, le MSB, grâce à son adresse sur la ligne des lancers, résiste (43-44, 19’). Jones se faufile et donne 4 points d’avance à son équipe à la pause.
Score à la pause : 45-49

De retour en jeu, c’est l’ASVEL qui score en premier par l’intermédiaire de Knight. TaShawn se retrouve seul sous le cercle, c’est facile pour lui (47-51, 22’). Pourtant, ce sont les Villeurbannais qui, en récitant leurs systèmes, continuent à faire la course en tête. Mais un trois points miraculeux de Scott remet un peu les Manceaux dans le bon sens (50-55, 24’). Tarpey, bien isolé derrière la ligne des 3 points après une série de passes, trouve lui-aussi la cible (53-58, 26’). Repoussés par la défense des coéquipiers de Kahudi, les Manceaux sont en difficulté, mais peuvent compter sur quelques lancers, même s’ils en laissent en route (58-62, 28’). Une anti-sportive peut redonner du tonus au MSB, mais la possession est avortée par la défense de l’ASVEL. Lacombe prend une technique, Kaza rentre le lancer. Et Deishuan égalise dans la foulée !
Score au 3ème QT : 62-62

Cela ne déstabilise pas les Villeurbannais qui marquent rapidement par Knight et Diot. Williams, Deishuan et Dante d’un 3 points limpide relancent le MSB (70-71, 35’). La victoire redevient alors possible au moment où Terry redonne l’avantage aux Manceaux. Le problème, c’est que Okobo et Jones prennent les choses en main (74-77, 37’). TaShawn et Williams marquent, mais Okobo aussi. 78 à 79 à 1’32 du terme, c’est chaud ! Knight rate sa pénétrationn à 40" et Williams capte le rebond. Kaza réussit sa pénétration, 80 à 79 pour le MSB à 14'' du buzzer.
Sur la première balle de match Terry parvient à contrer Jones qui tentait la pénétration, mais la balle sort en touche ligne de fond pour les rhodaniens. Il reste alors 2,7" à jouer, la salle est en ébullition. Temps-mort. Elie Okobo va alors bénéficier immédiatement de deux lancers-francs très généreux pour plier le mach. La sanction fait suite à un coup de sifflet plus que contestable à l'encontre de Terry alors que l'arrière villeurbannais était en déséquilibre après réception du ballon, à une dizaine de mètres du panier manceau, suite à une remise en jeu ligne de fond de Jones à la limite des 5 secondes. Okobo ne tremble pas, et rentre ses deux tirs. 80 à 81 et 1,6 secondes au chrono. Temps-mort de la dernière chance… Sur la remise en jeu, Kaza tente de trouver TaShawn sur une passe lobée dans la raquette. Tentative interceptéee par Charles Kahudi. C'est fini. L’ASVEL s’impose sur la plus petite des marges sur une action plus que litigieuse.
Score final : 80-81

Dante avec 15 points, suivi de Kaza avec 13 unités, et Tashawn avec 12 points (et 8 rebonds) auront pesé du côté du MSB. Williams suit avec 11 points puis vient Terry avec 10 points. Okobo (13 points), Jones (12 points),Fall (10 points et 7 rebonds) et Gist (10 points et 5 rebonds) auront été les principaux dangers de l’ASVEL, mais tous les autres joueurs auront contribué au succès des visiteurs.
 
Rappel du programme à venir :
Samedi 22 janvier 19h00, J17 : Fos / MSB (LNB TV)

Samedi 29 janvier 20h00, J18 : MSB / Orléans (LNB TV)



Le Mans

VS

Lyon-Villeurbanne

80

points

81

24/48

adresse

32/73

7/16

3 points

5/24

17/32

2 points

27/49

25/30

lancers-francs

12/15

33

rebonds (off/déf)

32

18

passes décisives

20

90

évaluation

93



  • Le MansLe Mans
  • Pts
  • Rbds
  • Pd
  • Eval

S. BAMFORTH
  • 10
  • 2
  • 4
  • 7

D. BOOKER
  • 8
  • 5
  • 0
  • 10

V. CHERY
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0

D. CUNNINGHAM
  • 15
  • 2
  • 0
  • 16

M. GAUZIN
  • 1
  • 0
  • 0
  • -1

K. KAJAMI-KEANE
  • 13
  • 1
  • 7
  • 8

H. MIENANDI
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

W. NARACE
  • 11
  • 5
  • 1
  • 12

T. TARPEY
  • 10
  • 6
  • 4
  • 19

T. THOMAS
  • 12
  • 8
  • 2
  • 17

 

EQUIPE
  • 0
  • 3
  • 0
  • 2

 

TOTAL
  • 80
  • 33
  • 18
  • 90


  • Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne
  • Pts
  • Rbds
  • Pd
  • Eval

K. ANTETOKOUNMPO
  • 4
  • 1
  • 0
  • 4

A. DIOT
  • 4
  • 1
  • 2
  • 3

Y. FALL
  • 8
  • 7
  • 0
  • 12

J. GIST
  • 10
  • 5
  • 2
  • 15

C. JONES
  • 12
  • 3
  • 2
  • 11

C. KAHUDI
  • 8
  • 3
  • 0
  • 5

M. KNIGHT
  • 9
  • 5
  • 1
  • 6

P. LACOMBE
  • 6
  • 0
  • 2
  • 6

E. OKOBO
  • 13
  • 2
  • 7
  • 17

D. OSETKOWSKI
  • 4
  • 2
  • 2
  • 8

M. STRAZEL
  • 3
  • 0
  • 2
  • 3

 

EQUIPE
  • 0
  • 3
  • 0
  • 3

 

TOTAL
  • 81
  • 32
  • 20
  • 93

Youssoupha Fall, pivot de l’ASVEL : « C’est une victoire, peu importe la manière. On prend, on avait juste besoin de gagner, parce qu’on enchaîne avec l’Euroleague. On a mal défendu dans le premier quart-temps, c’est ce qu’on a rectifié ensuite. On est toujours resté confiant, même si on n’a pas eu beaucoup de réussite. »
 
T.J Parker, coach de l’ASVEL : “ C’est toujours très difficile de gagner au Mans, car c’est une équipe très bien construite, très bien coachée. Ils vont être facilement dans le top 8 cette saison. C’est très bien de venir gagner ici. Tout le monde a contribué, le banc a ramené du boost. Je pousse vraiment mes joueurs à être sérieux dès le premier quart-temps et le troisième quart-temps. On n’a pas mis d’intensité au début. Le Mans, il ne faut pas lui laisser dérouler son basket, la priorité c’était d’être dur et de contester tous les déplacements. »  
 
Kaza KAJAMI-KEANE, meneur du MSB : « On est frustré, on pense qu’on est une bonne équipe. Quand on joue tous ensemble, on fait les choses correctement. Personnellement, sept mois sans jouer, c’était dur. J’ai loupé des lancers, perdu des balles. Je ne suis pas là pour prendre tous les tirs, je suis un vrai meneur, je regarde mes coéquipiers avant de prendre les tirs. »
 
Elric Delord, coach du MSB : “ L’absence de Darius ne nous a pas aidé. On a fait ce qu’on avait à faire, on paye le manque de rythme en première mi-temps. Mais je suis fier de ce qu’on a fait, on n’imagine pas à quel point c’est fort en face. Sur le jeu, il n’y a pas une grande différence ce soir, on est dans le match jusqu’au bout. Les victoires ou les défaites, on ne contrôle pas tout, ni l’adversaire, ni l’arbitrage. Il faut juste qu’on soit bon sur ce qu’on peut contrôler. Je respecte la profession d’arbitre, maintenant je me pose de sérieuses questions sur la façon dont Scott est arbitré et ça ne date pas d’aujourd’hui. La dernière action est plus que discutable, ça fait vraiment mal. »

Le Mans Sarthe Basket

Rue Juan Manuel Fangio
72100 LE MANS
FRANCE

 

Accueil du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 14h à 18h

Tél : +33 (0)2 43 50 21 80
E-Mail : billetterie@msb.fr