Pro A - 8ème journée
05/11/2017 - 18:30  
Palais des Sports Marcel Cerdan, Levallois
 
76 87
Levallois 12-14, 33-49, 55-67, 76-87 Le Mans
Composition   Composition
  • Écrit par , vendredi 3 novembre 2017 14:44

    Ce dimanche à 18 heures 30 devant les caméras de SFR Sport 2, les Manceaux tenteront de renouer avec la victoire au Palais des Sports Marcel-Cerdan.

    Samedi dernier, les Sarthois se sont fait surprendre à Antarès par Chalon malgré les mises en garde indiquant que le classement était trompeur et que l’écart entre les deux équipes n’était pas aussi grand. Il en est de même avec les Franciliens qui n’ont jamais été battus de plus de 8 points et qui auraient même pu accrocher une ou deux victoires supplémentaires. De leur côté, les joueurs d’Eric Bartecheky ont une revanche à prendre, ne serait-ce que pour se faire pardonner. Désormais privés de leur capitaine Philippe Amagou, out jusqu’au 7 janvier, ils pourront compter sur le retour de Chris Lofton dont tout le monde se souvient de sa performance en finale de la Coupe de France 2016.
     
    Le contexte :
    Né en 2007, le Paris-Levallois a vécu 10 ans pendant lesquels il a participé aux playoffs à 3 reprises et remporté la Coupe de France en 2013. Après le retrait de la mairie de Paris en 2016, le club s’est logiquement recentré à Levallois et il a changé de nom cet été pour devenir les Levallois Metropolitans.
    Après avoir fini à la 6ème place et échoué en 1/2 finales des derniers playoffs, les internationaux Louis Labeyrie et Vincent Poirier sont partis sous d’autres cieux alors que Klemen Prepelic, champion d’Europe en septembre avec la Slovénie, est arrivé de Limoges. Prêté par le MSB, Petr Cornelie est venu pour se relancer en étant responsabilisé. Puis le capitaine emblématique de l’Equipe de France, Boris Diaw, a rejoint l’équipe ce qui en a fait la plus grosse recrue de l'intersaison en Pro A. Handicapé par la succession de blessures (Rod Odom, Petr Cornelie, Klemen Prepelic puis Cyrille Eliezer-Vanerot), Frédéric Fauthoux peine à assembler les pièces du puzzle. Ainsi, les Metropolitans affiche un palôt 0-4 en Eurocup alors qu’avec 2 succès pour 5 revers, ils occupent la 14ème du classement de Pro A en compagnie d’Antibes et Cholet quand le MSB est leader avec 6 victoires et 1 défaite.
    Victorieux à Chalon (79-77) et face à Boulazac (81-71), les Franciliens n’ont pas à rougir des défaites concédées à Monaco (71-77), Strasbourg (81-83), Limoges (81-87), Hyères-Toulon (72-78). Dimanche dernier, les Metropolitans se sont inclinés à Dijon (85-93) même si Klemen Prepelic a marqué 18 points quand Rod Odom en ajoutait 16, Boris Diaw 14 et Louis Campbell 11.
    Pour leur part, les Manceaux sont tombés pour la première fois de la saison samedi dernier. Ainsi, ils ont subi la loi de Chalon-sur-Saône (63-66) malgré les efforts de Mykal Riley pourtant aidé par le double-double de Romeo Travis (12 points et 12 rebonds).
    Au classement des attaques, les Sarthois pointent au 8ème rang avec 78,1 points marqués et ont la meilleure défense (66,9 points encaissés). Pour leur part, les Franciliens ont la 6ème attaque (78,6) et la 15ème défense (80,9).

    Les joueurs de Levallois :
    Après 4 saisons passées à Strasbourg puis une avec Paris-Levallois, le meneur vétéran Louis Campbell (1,90 m, 38 ans) entame sa 6ème en France. Les ans semblent ne pas avoir de poids sur lui (10,4 points, 3,3 rebonds et 4,0 passes). Il vient encore de compiler 11 points, 4 rebonds et 5 passes à Dijon.
    En plus de donner de la voix, Rémi Lesca (1,81 m, 26 ans) est un solide back-up (5,3 points et 2,3 passes). En provenance de lycées américains, Sylvain Francisco (1,80 m, 20 ans) est déjà un peu plus qu’un Espoir (5,5 points) comme en attestent ses 19 points et 3 rebonds pour une évaluation de 20 à Hyères-Toulon. Vainqueur de l’Eurobasket disputé en septembre dernier, l’arrière slovène Klemen Prepelic (1,91 m, 25 ans) est le leader offensif des Metropolitans (19,0 points, 2,9 rebonds et 3,0 passes). Finissant toujours à plus de 10 points, il a poussé à 29 face à Chalon et 21 contre Monaco et Limoges. Absent en Eurocup à Andorre en début de semaine suite à un coup de genou reçu à Dijon, il est incertain pour dimanche. Par contre, touché à l’épaule, Cyrille Eliezer-Vanerot (2,02 m, 21 ans) est indisponible pour deux à trois semaines. Son activité à l’aile fera défaut (6,3 points et 2,4 rebonds). Du coup, l’arrière nigérian, Daniel Nwaelele (1,93 m, 33 ans) peut saisir l’opportunité de se montrer (2,9 points et 1,3 rebond). Intégré à l’effectif début octobre, Boris Diaw (35 ans, 2,03 m) s’y est rapidement fait sa place (11,5 points, 5,8 rebonds et 3,8 passes) en compilant notamment 16 points à 6/9 aux tirs, 8 rebonds et 5 passes pour une évaluation de 25 dans la victoire face à Boulazac. Autre international légendaire, Florent Piétrus (1,99 m, 36 ans), engagé initialement en raison de la blessure de Rod Odom, vient d’être prolongé jusqu’au 20 décembre pour pallier la défection de Petr Cornelie. Son importance dans le dispositif francilien ne se traduit pas par les chiffres (1,4 point et 2,6 rebonds). L’ancien Manceau, Petr Cornelie (2,11 m, 22 ans) n’a, en effet, disputé que 3 matchs qu’il a commencés en douceur dans le Cinq de départ (5,7 points et 7,3 rebonds). Blessé à un pied, il devrait être absent 5 semaines. Sorti du 5 de départ depuis 2 matchs, le pivot Gavin Ware (2,06 m, 24 ans) a subi un coup d’arrêt à Dijon en ne compilant que 7 points et 4 rebonds. Ses moyennes s’en sont trouvées un peu affectées (13,9 points et 6,7 rebonds). Victime d’une luxation à l’épaule, l’intérieur Roderick Odom (2,06 m, 26 an) a manqué les 6 premières journées. Il a signé ses débuts à Dijon en cumulant 16 points et 4 rebonds.

    L’effectif du MSB :
    1 Mykal Riley (1,98 m, 32 ans, ailier, Américain)
    3 Justin Cobbs (1,91 m, 26 ans, meneur, Américain)
    4 Chris Lofton (1,88 m, 31 ans, arrière, Américain)
    8 Antoine Eïto (1,86 m, 29 ans, meneur)
    10 Mel Esso Essis (1,99 m, 19 ans, ailier)
    11 Terry Tarpey (1,96 m, 23 ans, arrière)
    15 Wilfried Yeguete (2,01 m, 26 ans, intérieur)
    17 Pape-Philippe Amagou (1,85 m, 32 ans, arrière) blessé
    19 Youssoupha Fall (2,21 m, 22 ans, pivot)
    20 D.J. Stephens (1,98 m, 26 ans, ailier, Américain)
    24 Romeo Travis (2,01 m, 32 ans, ailier fort, Américain)
    30 Mathieu Nzita (1,84 m, 18 ans, meneur)
    34 Michel Doumbé (2,05 m, 20 ans, pivot, Camerounais)
    Coach : Eric Bartecheky
    Assistants : Antoine Mathieu et Dounia Issa

    L'effectif de Levallois :
    0 Roderick Odom (2,06 m, 26 ans, intérieur, Américain)
    4 Sylvain Francisco (1,80 m, 20 ans, meneur)
    5 Rémi Lesca (1,81 m, 26 ans, meneur)
    7 Maxime Roos (2,02 m, 22 ans, ailier)
    10 Klemen Prepelic (1,91 m, 25 ans, arrière, Slovène)
    11 Daniel Nwaelele (1,93 m, 33 ans, arrière, Nigérian)
    12 Petr Cornelie (2,11 m, 22 ans, ailier fort) blessé
    13 Louis Campbell (1,90 m, 38 ans, meneur, Américain)
    14 Frédéric Loubaki (1,86 m, 20 ans, meneur)
    20 Gavin Ware (2,06 m, 24 ans, pivot, Américain)
    26 Cyrille Eliezer-Vanerot (2,02 m, 21 ans, ailier)
    30 Florent Piétrus (1,99 m, 36 ans, ailier fort)
    33 Boris Diaw (35 ans, 2,03 m, ailier fort)
    77 Ivan Février (2,05 m, 18 ans, ailier fort)
    Entraîneur : Frédéric Fauthoux
    Assistant : Sacha Giffa

    Les arbitres de la rencontre :
    Jean-Charles Collin, David Mortz et Philippe Creton

    La saison 2016-2017 du MSB :
    Pro A : 12ème avec 14 victoires et 20 défaites
    Meilleur marqueur : Ryan Pearson 12,2 points
    Meilleur rebondeur : Will Yeguete 6,9 rebonds
    Meilleur passeur : Giordan Watson 3,4 passes
    Playoffs : Non qualifié
    Leaders Cup : Non qualifié
    Coupe de France : Battu en finale par Nanterre (79-96)
    Basketball Champions League : 1er du Groupe B de saison régulière (9 victoires et 5 défaites) – Eliminé en 1/8 de finale par Sassari (63-79 puis 66-68)

    La saison 2016-2017 de Paris-Levallois :
    Pro A : 6ème avec 20 victoires et 14 défaites
    Meilleur marqueur : Jason Rich 17,4 points
    Meilleur rebondeur : Louis Labeyrie 8,6 rebonds
    Meilleur passeur : Louis Campbell 5,1 passes
    Playoffs : Eliminé en 1/2 finales par Chalon-sur-Saône (1-3)
    Leaders Cup : Eliminé en 1/4 de finale par Pau-Lacq-Orthez (65-76)
    Coupe de France : Eliminé en 1/8 de finale par Dijon (68-81)
    Coupe d’Europe : Non qualifié

    Les oppositions à Levallois :
    Lors du passage du Levallois Sporting Club Basket en Pro A de 1993 à 1998, le MSB s’est imposé à 2 reprises dans les Hauts-de-Seine et y a connu 3 défaites. Plus récemment, et après la fusion du Paris Basket Racing et du LSCB en juin 2007, le Paris-Levallois et le MSB se sont affrontés à 10 reprises en région parisienne (9 matchs de saison régulière et 1 de playoffs). Les Manceaux y ont été battus à 4 reprises mais ils ont gagné 6 fois dont une en quarts de finale des playoffs 2010. Il y a quasiment un an, le 13 novembre 2016, l’équipe d’Erman Kunter (57-50) a vaincu avec Ryan Pearson en leader (22 points) et le soutien de Mike Gelabale (11) et Lahaou Konaté 10).

  • Écrit par , dimanche 5 novembre 2017 20:28

    Pour renouer avec la victoire, les Manceaux ont maîtrisé leur sujet dans les Hauts-de-Seine.

    Face aux Metropolitans privés de Petr Cornelie et Cyrille Eliezer-Vanerot, les hommes d’Eric Bartecheky ont fait la différence en 1ère mi-temps (47-26, 19ème). Ils se sont ensuite évertués à répondre aux velléités de remontée des Franciliens. En la circonstance, l’entraîneur sarthois a pu compter sur deux hommes venus du banc. Ainsi D.J. Stephens a frôlé le sans-faute aux tirs (7/8) avec un coquet 5/6 derrière l’arc des 6,75 m et Chris Lofton a marqué 12 points pour son retour. Les Manceaux vont maintenant poursuivre leur périple avec une rencontre des 1/32 de finale de la Coupe de France mardi à Gravelines avant de traverser la France pour défier Hyères-Toulon samedi en championnat.        

    Les Cinq de départ :
    MSB : Justin Cobbs, Terry Tarpey, Mykal Riley, Romeo Travis et Youss Fall
    Levallois : Louis Campbell, Sylvain Francisco, Dan Nwaelele, Boris Diaw et Gavin Ware

    Le Film du match :
    1er quart-temps : 14-12
    Youss Fall inscrivait 5 des 7 premiers points manceaux (7-0, 3ème). Les Franciliens rentraient alors dans le match et revenaient au contact (9-7, 7ème). Romeo Travis et Mykal Riley remettaient les gaz (14-9, 10ème) avant un 2ème triple de Rémi Lesca en fin de 1er acte (14-12).

    2ème quart-temps : 35-21
    Chris Lofton signait son retour au MSB par 2 lancers-francs (18-14, 11ème). Plus tard, il sévissait derrière l’arc pour donner 10 points d’avance aux siens (26-16, 13ème). Il poursuivait son œuvre et donnait des idées à D.J. Stephens qui enquillait 3 paniers primés pour distancer les Metropolitans (43-24, 17ème). Pour ne pas être en reste, Antoine Eito creusait l’écart qui atteignait les 21 unités (47-26, 19ème). Réagissant, les Franciliens le réduisaient quelque peu avant la mi-temps (49-33).

    3ème quart-temps : 18-22
    A la reprise, Boris Diaw sonnait la charge pour les Franciliens (49-39, 22ème). Romeo Travis et Justin Cobbs sentaient le danger (53-39, 23ème). Terry Tarpey saupoudrait 2 lancers-francs (55-39, 24ème). Romeo Travis et Youss Fall regonflaient le matelas (62-44, 27ème) mais ce n’était pas du goût des Altoséquanais qui se rapprochaient à 12 longueurs à la fin d de la 3ème période (67-55).

    4ème quart-temps : 20-21
    A longue distance, Antoine Eïto relançait le MSB (70-55, 31ème) qui comptait 17 points d’avance au cœur du dernier quart-temps (76-59, 35ème). Pour suivre, les Metropolitans plantaient un inquiétant 7-0 (76-66, 37ème). Romeo Travis et D.J. Stephens les maintenaient à 9 longueurs (78-69, 37ème puis 80-71, 39ème). Après un nouveau rapprocher de Rod Odom (82-73, 39ème), Justin Cobbs et Mykal Riley assuraient aux lancers-francs (86-73, 40ème). Un dernier triple de Boris Diaw ne changeait rien à l’affaire (86-76, 40ème) d’autant plus qu’un lancer-franc de Justin Cobbs clôturait la marque (87-76).

    L’Homme du match :
    Venu du banc, D.J. Stephens a gambadé pendant 19 minutes sur le parquet du Palais des Sports Marcel-Cerdan et il n’y a pas fait de la figuration. En verve derrière l’arc, il n’y a manqué qu’une seul tentative. Du coup, il a marqué 19 points à 7/8 aux tirs dont 5/6 à 3 points. Par ailleurs, il a pris 1 rebond, volé 1 ballon et contré 1 tir levalloisien pour établir la meilleure évaluation sarthoise (20).
     
    Le Chiffre du match :
    11. Les Manceaux se sont imposés avec un écart de 11 points. C’est sur la ligne de réparation qu’ils ont fait la différence puisqu’ils y ont inscrit 11 points de plus que les Franciliens (20 contre 9). Provoquant 22 fautes, ils ont tiré 27 lancers-francs alors que les Metropolitans se sont contentés de 13.

     

     76A7419

     

     
  •  LEVALLOIS Min Pts Tot. % T3 T2 LF F FPR Rbds Int Co BP PD Eva.
       CAMPBELL L 25 8 3/7 43 2/4 1/3 0/0 1 0 1 1 1 1 2 8
       DIAW B 31 23 10/15 67 2/3 8/12 1/2 3 2 7 0 0 0 3 27
       FEVRIER I 1 0 0/1 0 0/0 0/1 0/0 0 0 0 0 0 0 0 -1
       FRANCISCO S 23 2 1/7 14 0/2 1/5 0/0 0 0 2 1 0 2 3 0
       LESCA R 19 6 2/4 50 2/4 0/0 0/0 5 1 3 1 0 1 0 7
       NWAELELE D 5 0 0/1 0 0/0 0/1 0/0 0 0 0 0 0 0 1 0
       ODOM R 22 10 3/7 43 1/1 2/6 3/4 4 2 4 0 0 4 2 7
       PREPELIC K 28 12 3/10 30 2/7 1/3 4/4 4 6 3 1 0 1 0 8
       ROOS M 20 4 2/6 33 0/1 2/5 0/0 2 1 3 0 2 0 1 6
       WARE G 26 11 5/9 56 0/0 5/9 1/3 3 2 10 0 1 2 1 15
       EQUIPE 200 0 0/0 0 0/0 0/0 0/0 0 0 3 0 0 0 0 3
       TOTAL 200 76 29/67 43 9/22 20/45 9/13 22 14 36 4 4 11 13 80

     LE MANS Min Pts Tot. % T3 T2 LF F FPR Rbds Int Co BP PD Eva.
       RILEY M 24 6 2/9 22 0/3 2/6 2/2 2 2 1 1 1 2 1 1
       COBBS J 29 7 1/7 14 0/0 1/7 5/6 0 4 3 1 0 1 5 8
       LOFTON C 20 12 3/5 60 1/2 2/3 5/5 3 4 3 1 0 1 2 15
       EITO A 19 5 2/7 29 1/4 1/3 0/0 2 0 1 0 0 0 5 6
       TARPEY T 29 8 1/6 17 1/1 0/5 5/6 2 4 7 1 0 1 5 14
       YEGUETE W 17 3 1/4 25 0/0 1/4 1/4 0 4 7 0 1 0 0 5
       FALL Y 19 12 5/8 63 0/0 5/8 2/4 2 3 9 0 1 0 0 17
       STEPHENS D 19 19 7/8 88 5/6 2/2 0/0 2 1 1 1 1 1 0 20
       TRAVIS R 24 15 7/9 78 1/1 6/8 0/0 1 0 4 2 0 2 1 18
       EQUIPE 200 0 0/0 0 0/0 0/0 0/0 0 0 2 0 0 1 0 1
       TOTAL 200 87 29/63 46 9/17 20/46 20/27 14 22 38 7 4 9 19 105
  • Écrit par , dimanche 5 novembre 2017 21:19

    Youssoupha FALL

    Vous étiez sans doute un peu vexés de votre défaite de Chalon et vous avez répondu de la plus belle des manières ?
    Oui, un peu. Depuis le match de Chalon on a surtout beaucoup plus travaillé et ce soir ça a payé.

    Le fait de démarrer aussi bien vous a aidé à oublier ce non-match, c'était prévu ?
    On avait prévu d'être agressif, c'est comme cela que l'on pouvait réussir à faire quelque chose.

    Vous faites un gros écart dans le deuxième quart-temps, ce qui est toujours difficile à gérer ensuite pour ne pas trop se relâcher.
    C'est la deuxième fois que ça nous arrive après Antibes. On va sans doute revoir ça, pour ne pas mal gérer ce genre de situations, parce que c'est important, surtout que l'on a beaucoup de joueurs d'expérience.

    L'absence de Pape-Philippe et l'intégration de Chris Lofton semble bien se gérer.
    Pape est absent sur le terrain mais ce matin encore il était avec nous. Il est blessé mais il est toujours avec nous. Chris connaît la maison, il était là il y a 2 ans, donc son intégration se passe bien.

    Tu fais une très bonne première mi-temps, par contre tu as été beaucoup moins fringant en deuxième. Tu étais plus ciblé ?
    Oui, c'est vrai. C'est quelque chose qu'il faudra que je voie avec les coachs pour que je m'améliore là-dessus. De toute façon, être ciblé c'est quelque chose auquel je m'attends à chaque match, c'est normal aussi.

    Éric BARTECHEKY

    Un match où vous avez construit l'écart en première mi-temps et que vous avez dû gérer en deuxième.
    Oui, déjà on est satisfait de la façon dont on a géré notre match, ce qui n'avait du tout été le cas contre Chalon chez nous. Ça a été beaucoup plus difficile en deuxième mi-temps parce que Levallois a été beaucoup plus agressif sur nos meneurs, mais on se doit de trouver des solutions face à ce type de scénarios plus rapidement, même si je signe de suite pour que nos autres matchs soient comme celui-là.

    C'est la réaction que tu attendais ?
    Oui, surtout quand on voit la qualité de l'équipe en face. Nous on a gagné 2-3 matchs de peu, eux c'est l'inverse, ils en ont perdu beaucoup de très peu, comme quoi ça se joue à peu de choses. J'étais très vigilant pour ce match, parce que ça n'aurait pas été non plus surprenant de perdre ici.

    On a l'impression que Chris joue avec vous depuis des semaines.
    Oui, il n'a pris part qu'à 3 entraînements et il montre une sérénité impressionnante. C'est vrai qu'il connaît déjà quelques joueurs, mais c'est quand-même impressionnant de le voir jouer aussi juste avec si peu de temps passé avec l'équipe, et en plus en apportant une qualité de tir.

    Tu savais que DJ pouvait sortir ce genre de performance ?
    Oui, mais c'est la première fois que l'on peut réellement exploiter cette qualité de son jeu, avec Youss en point de fixation qui focalise les défenses et permet ainsi d'avoir des bonnes positions de tirs extérieurs quand il ressort la balle.

    La position de leader, vous y pensez ?
    On ne regarde pas ça. Pour le moment, on est concentré sur comment nous améliorer, parce qu'il y a encore beaucoup de choses à améliorer, que ce soit défensivement, comme les tirs à 3 points de Rémi Lesca où on descend sous les écrans et ce n'est pas ce qui est prévu, ou offensivement.

    Rémi LESCA (Levallois)

    C'est une nouvelle sortie difficile. Est-ce que ça t'inquiète ?
    Non, parce que si on jouait 40 minutes normalement ça irait. Là, on encaisse 35 points dans le deuxième quart-temps, et c'est ça qui n'est pas normal, ces coups de moins bien que l'on a régulièrement depuis le début de saison. Il faut qu'on arrive à faire un match complet pour que l'on trouve la solution.

    Votre effectif est souvent refait d'un match à l'autre à cause des blessures, c'est perturbant ?
    Oui et non, parce qu'on garde quand-même 8-9 joueurs à chaque fois de manière constante. Le souci c'est qu'en plus de cela on fait aussi des erreurs qu'il faut qu'on arrive à arrêter de faire.

    Est-ce que le fait de jouer la coupe d'Europe avec deux matchs par semaine n'est pas aussi handicapant puisque que vous avez moins de temps pour travailler ?
    Quand on a deux matchs par semaine on dit que ce n'est pas bien parce qu'on n'a pas le temps de s'entraîner et quand on n'en a qu'un on râle parce qu'on manque de rythme, il faut savoir ce que l'on veut. La coupe d'Europe ça donne une expérience unique, mais cette expérience elle ne servira que dans le futur. Après, tout le monde dit que le meilleur moyen de progresser c'est de faire des matchs, il n'y a pas de raison qu'on n'y arrive pas nous aussi.

    Frédéric FAUTHOUX (coach Levallois)

    Beaucoup de frustration encore ce soir, le deuxième quart-temps plombe votre match ?
    Oui, déjà on manque d'armes contre une équipe comme Le Mans qui, en plus, a une adresse ce soir comme ils n'en ont pas eu depuis le début de la saison. Ensuite on donne beaucoup trop de fautes, de lancers francs, faudrait que l'on arrive à faire baisser ça. Je suis très fier du caractère des joueurs, les gars n'ont pas lâché ce soir, alors que beaucoup l'auraient fait je pense.

    Il y a des urgences en manière de changement d'effectif ?
    Je ne suis pas seul décisionnaire, mais je pense qu'il faudra un joueur supplémentaire, oui. Quand on part sur un projet jeune ce n'est jamais évident. Ils jouent beaucoup, ils apprennent beaucoup, mais apprendre dans la défaite c'est dur. Je pense que l'on a raté des opportunités en début de saison qui nous auraient donné ce brin de confiance qui manque maintenant. On est dans une spirale négative : 3-4 fois on a le ballon qui nous échappe et qui retombe dans les mains de l'adversaire. Ce soir y'a un joueur qui nous fait un 5 sur 6 à 3 points, j'attends le soir où il va le refaire... mais bon je le redis, je suis très satisfait de l'état d'esprit des gars ce soir.

    Boris prend le match en main en deuxième mi-temps, c'était une nécessité absolue ?
    On avait ciblé que leurs postes 4 ne défendaient pas très bien en situation de post-up, alors on essaye d'appuyer sur les faiblesses de l'adversaire. Et puis Boris c'est quand-même un joueur de basket, quand les autres tirent un peu la langue il faut qu'il prenne des responsabilités, ce qu'il a superbement fait ce soir.

Equipes

Compétitions