Joueurs

À la découverte de Valentin Bigote

Le 

Nous vous proposons ce mois-ci de mieux faire connaissance avec le shooteur du MSB.

(interview réalisée le mercredi 6 mars)

 

Peux-tu te présenter, Valentin par Valentin

Je m’appelle Valentin Bigote. Je viens du Nord où j’ai fait le début de ma carrière, au centre de formation de Gravelines-Dunkerque ; j’ai joué ensuite en Pro B toujours dans le Nord (Boulogne-sur-Mer et Denain, ndlr), et ensuite j’ai été à Nancy, alors en Pro A. Je suis retourné en Pro B à Nantes pour ensuite remonter en Jeep ÉLITE à Dijon et finalement au Mans cette année.


Valentin Bigote 1

On peut dire aussi que tu es né avec une balle orange dans les mains…

Oui, toute ma famille a toujours fait du basket, donc j’ai commencé très tôt. J’étais dans les salles très jeune, à toucher le ballon et à shooter. Même au-delà de ma famille proche, même mes cousins, tout le monde dans la famille au sens large était ou est encore dans le basket.

Oui, il y a Jonathan Rousselle (meneur de jeu au Limoges CSP, ndlr) qui est ton cousin par exemple

Oui, mais non. C’est mon cousin, mais parce qu’il est marié avec une de mes cousines, par directement. Par contre, mon père coache toujours, mon frère Mathieu joue à Lorient (Nationale 1, ndlr), mes sœurs ont fait du basket et sont toujours un peu dedans… ma mère était joueuse aussi… tout le monde est dans le basket dans la famille.

 

Tu as un parcours un peu particulier, joueur espoir de Pro A qui va s’aguerrir en Pro B, y fait ses preuves, va donc en Pro A… et se retrouve à retourner en Pro B pour se retrouver catalogué bon joueur de… Pro B, avant finalement de réussir à exploser en revenant en Jeep ÉLITE. Tu expliques ça comment ?

Au départ, c’est vrai que venir du centre de formation de Gravelines pour jouer directement en Pro A c’est compliqué, il n’y en a pas beaucoup qui ont pu le faire là-bas. Donc, j’ai préféré aller jouer en Pro B, et il a fallu le temps de m’y faire aussi. Ensuite, quand je suis allé à Nancy ça ne s’est pas très bien passé, je ne jouais vraiment pas beaucoup, et moi j’ai toujours privilégié le temps de jeu. J’aurais pu essayer d’aller jouer dans une autre équipe de Pro A, mais je n’étais sûr de rien à ce niveau. Donc j’ai préféré retourner en Pro B parce que ma priorité était de jouer. La Pro B c’est quand-même du très bon niveau aussi. Ça m’a permis d’avoir beaucoup de responsabilités, d’engranger de la confiance, c’est ce qui m’a permis d’aller à Dijon où là on m’a fait confiance. Pour moi, Dijon c’est ma première vraie année en Pro A/Jeep ÉLITE, parce que c’est là où j’ai eu du temps de jeu, où le coach m’a fait confiance. En fait c’est vraiment à ça que ça tient mes choix : le temps de jeu. Ensuite, comme j’ai réussi à me montrer, ça m’a donné l’opportunité de signer au Mans.

Merci pour cette transition parfaite… Alors, pourquoi avoir choisi le MSB ?

C’est un club renommé, qui est champion, c’est un des meilleurs clubs de France. En plus on joue une Coupe d’Europe. Le club m’a aussi contacté assez tôt, je sentais qu’il me voulait vraiment. C’est quand même tentant d’aller jouer pour le club champion en titre, habitué à jouer les premiers rôles dans le championnat et qui va jouer une des meilleures Coupes d’Europe possible !

Tu as toujours envie d’aller jouer à l’étranger, notamment l’Espagne ?

C’est un objectif que j’ai dans un coin de ma tête, d’abord de vivre une expérience à l’étranger, pour voir comment c’est. Après je préférerais l’Espagne parce que c’est le meilleur championnat en Europe. La qualité de vie à l’air sympa aussi là-bas. Mais pour le moment je suis au Mans et ça se passe très bien. Je ne fais pas une fixation là-dessus non plus. C’est surtout une question d’opportunité. Si je suis bon, peut-être qu’un club étranger s’intéressera à moi et on verra à ce moment-là.


image 12

Ton meilleur souvenir sportif ?

Je n’en ai pas vraiment. Le fait d’avoir été en Finale avec Nantes sans doute, même si ça ce ne s’est pas très bien terminé puisqu’on a perdu. Mais on a fait un gros parcours en Playoffs, jusqu’en finale, alors que personne n’y croyait. Après, comme je n’ai pas encore gagné de titre, à part en Espoirs où on avait gagné le Trophée du Futur, je ne peux pas vraiment dire. J’espère que c’est pour cette année !

Et ton pire souvenir ?

Chaque défaite est dure à encaisser. Bien sûr, celle en Finale avec Nantes en particulier, surtout au troisième match. C’est à la fois mon meilleur souvenir pour le parcours et le pire parce que quand tu perds une finale au dernier match, tu te dis que tu es passé près de quelque chose de grand.

Parlons un peu de l’équipe de cette année, tu la trouves comment ?

Ça se passe bien, on s’entend tous bien dans l’équipe. Il y a eu quelques changements dans l’équipe, avec l’arrivée de Jonathan puis celle de Kendrick récemment. Il faut s’y faire aussi, mais maintenant on est au complet – ce qui n’a pas souvent été le cas cette année - avec un groupe à 10 joueurs. Je pense qu’on a une très bonne équipe et j’espère qu’on va faire les Playoffs et continuer en Champions League. Sur le match d’hier (interview réalisée le 6 mars, ndlr) on a fait match nul et on a encore toutes nos chances de passer, même si ça va être difficile là-bas. Je pense qu’on a la possibilité de faire des belles choses cette année, on a l’équipe pour en tous cas.

Comment tu expliques le classement décevant actuel de l’équipe ?

On a eu une période de moins bien vers le début de saison où on a perdu pas mal de matchs de manière un peu bête. On l’a déjà payé en ne participant pas à la Leaders Cup, ce qui est vraiment dommage. Récemment, on était mieux juste avant la trêve, on avait enchaîné plusieurs victoires et la qualification pour les huitièmes de la BCL en ne perdant que 2 matchs sur la phase retour. J’espère que l’on va continuer sur cette lancée, parce que le mois de mars va être compliqué : on a le match retour de BCL à Bologne, la Coupe de France où on a un coup à jouer, puisqu’on est déjà en quart de finale et, en championnat, on va rencontrer l’ASVEL puis Monaco, sachant qu’on a déjà rencontré Strasbourg avant. C’est une période très importante où une bonne partie de la saison va se jouer.


DBC MSB BOULAZAC CPE130219 69

Si tu n’avais pas été joueur de basket, tu aurais fait quoi ?

Honnêtement, je ne sais pas. J’ai été plongé dans le basket très tôt et basketteur professionnel ça a toujours été un rêve. Maintenant j’y réfléchis, ne serait-ce que pour ma reconversion après le basket, mais pour le moment je ne sais pas encore quel métier pourrait m’attirer. Travailler toujours dans le basket, pourquoi pas, mais pas comme coach en tout cas, c’est quelque chose qui ne m’a jamais attiré.

 

Ta principale qualité ?

Je n’aime pas trop parler de moi… faudrait demander aux autres, à ma copine… Allez, comme ça, je dirais la gentillesse.

En général c’est plus facile pour ma question suivante… ton plus gros défaut ?

(Il hésite) Par moment, je peux rester bloqué sur mon avis, même si tout le monde me dit le contraire. Je peux être un peu têtu, voire même borné parfois.



Tu aimes faire quoi de ton temps libre ?

Passer du temps avec ma copine, me balader en ville. Sinon, j’aime bien mixer, faire le DJ, j’ai commencé il y a quelques mois. J’aime bien regarder des films et j’ai aussi recommencé à lire des livres.

Justement, tu as un film préféré ?

J’en regarde beaucoup… comme ça je dirais Retour vers le futur, plus le 1 et le 2, le 3 je l’aime moins, sans doute parce qu’il est vraiment trop ciblé pour un public américain. En général j’aime plutôt les films d’actions, les blockbusters… les films où ça bouge.

Alors, comme tu m’as dit auparavant que tu lisais aussi, quel est ton livre préféré ?

Je lisais un peu quand j’étais à Nancy, mais j’avais arrêté depuis. Là, j’ai repris et en ce moment et je suis en train de lire le dernier Stephen King, Outsider, et j’aime bien, on est vite pris par l’intrigue. La lecture c’est vraiment sympa, ça stimule ton imagination.


51IC7Z8Ab5L. SX321 BO1204203200

 

Si tu étais un animal, ou quel est ton animal préféré ?

Je ne pense pas que je voudrais être un animal… Un oiseau peut-être, parce qu’ils voyagent beaucoup. Mais sinon, mon animal préféré, c’est le chien. J’ai d’ailleurs un Golden Retriever.

Ton plat préféré ?

J’aime bien plein de choses. À choisir je dirais du riz au curry ou des pâtes carbonara. J’aime bien aussi la tarte au Maroilles, comme la faisait ma mère.

Si tu pouvais discuter avec qui tu voulais, vivant ou mort, qui choisirais-tu ?

Bonne question… Ma mère forcément. Je n’aime pas beaucoup en parler, mais tous les jours je voudrais pouvoir lui parler.


DBC MSB CHALONSREIMS 32

Si tu pouvais avoir un superpouvoir, ce serait quoi ?

Alors… j’hésite entre voyager dans le temps, se téléporter - comme dans le film Jumper - ou pouvoir devenir invisible… À choisir, je prendrais pouvoir se téléporter.

5 choses à emmener sur une île déserte…

J’aimerais pouvoir dire ma copine, mais ce n’est pas un objet. C’est une question difficile pour moi parce que je ne suis pas très matérialiste… Mon ordi, sur lequel il y a plein de films mais à part ça… en tout cas pas mon téléphone, je n’y suis absolument pas accro.

Une équipe de basket préférée, et tu ne peux pas dire Le Mans ?

Les Golden State Warriors, j’adore leur style de jeu tout en première intention avec plein de shooters. Un jeu tout en mouvement. En plus maintenant ils sont costauds aussi dessous et ils sont capables de défendre fort. C’est vraiment l’équipe ultime actuellement.

Dans ta carrière, est-ce qu’il y a un joueur qui t’a impressionné ?

(Il hésite) Quand j’avais joué contre Valence, il y avait des gros joueurs et notamment Nando De Colo. Tous les joueurs contre qui j’ai joué sont de toutes façons des bons joueurs. Mais Nando c’est un joueur impressionnant au niveau de la vitesse et de son jeu en mouvement, son exploitation de l’espace… ce n’est pas pour rien qu’il a été MVP de l’Euroleague.

 

Et est-ce qu’il y a un joueur avec qui tu rêves de jouer ?

En NBA, je vois tout de suite : Stephen Curry, évidemment… même si je ne jouerais sans doute jamais avec lui ! (rires) En plus ça a l’air d’être un mec plutôt sympa, assez fun.


curry

Pour en revenir au basket, quel est ton action préférée ?

Ça ne va pas être une surprise : le 3 points, bien sûr ! Même si j’aime faire d’autres choses sur un terrain, ça reste mon action préférée. Même si ça m’est déjà arrivé de dunker en match, et que j’aime bien aussi.

Est-ce que tu as un message pour les fans du MSB ?

Qu’ils continuent à nous soutenir car on a besoin d’eux pour nous soutenir. Surtout quand on joue moins bien, parce que ça arrivera forcément, dans une saison il y a des hauts et des bas. Si c’est possible, venez encore plus nombreux nous encourager, jouer devant une salle pleine c’est ce dont tous les joueurs ont envie et qui nous motive encore plus.

Interview réalisée par Cyril Meteyer/MSB.FR

Le Mans Sarthe Basket

Rue Juan Manuel Fangio
72100 LE MANS
FRANCE

 

Accueil du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 14h à 18h

Tél : +33 (0)2 43 50 21 80
E-Mail : billetterie@msb.fr