PLAYOFFS - 2017/2018 - 1/4 Finale - Aller
mardi 22 mai - 19:00

Le Mans

68

       

81




15 - 27  |  18 - 16  |  20 - 15  |  15 - 23

Lyon-Villeurbanne

Le public d’Antarès va retrouver la fièvre des playoffs après en avoir été privé en 2017. C’est la troisième fois en six ans que Villeurbannais et Manceaux sont opposés en quarts de finale des playoffs (qualification de l’ASVEL en 2013 et du MSB en 2015). Si les Sarthois bénéficient de l’avantage du terrain en raison de leur 3ème place, il faut se souvenir que les Rhodaniens avaient éliminé Monaco l’an passé à ce même stade. De plus, les Gones l’ont emporté deux fois cette saison contre le MSB en saison régulière. Dans ces conditions, les hommes d’Eric Bartecheky auront bien besoin du soutien sans faille de leurs supporters.

Le contexte
Le MSB a terminé la saison régulière à la 3ème place avec 21 victoires et 13 défaites. Avec 19 succès pour 15 revers, l’ASVEL a, pour sa part, fini à égalité avec Nanterre mais s'est finalement classée 6ème en vertu des résultats des rencontres ayant opposé ces deux équipes. Les Sarthois restent sur 3 revers au Portel (79-86), face à Strasbourg (70-80) puis à Cholet mardi dernier (80-81). Lors des 11 dernières journées, les Rhodaniens ont enregistré 8 succès et 3 revers dont un lors de la dernière journée au Portel (74-77).
Les Manceaux affichent un bilan de 13 victoires et 4 défaites à domicile alors que celui des Villeurbannais est déficitaire à l'extérieur (6-11).
En attaque, les deux équipes se tiennent. L’ASVEL (8ème) marque 80,7 points par match alors que le MSB (9ème) en inscrit 80,4. Le pourcentage d’adresse aux tirs est également très proche (ASVEL 47,9% et MSB 47,7%). Equipe la plus adroite du championnat à 3 points (38,6%), l’ASVEL réussit 9,4 paniers primés par match quand le MSB se contente de 7,5 triples avec une adresse de 36,1%.
La défense mancelle est la moins perméable de l’élite (74,7 points encaissés) alors que celle de l’ASVEL en est la 8ème (78,7). Les Manceaux sont ceux qui perturbent le plus l’adresse de leurs adversaires (43,2%) ce qui explique, en partie, leur 2ème position aux rebonds (37,2 prises)

Le coach de l’ASVEL
Remercié à la fin des matchs aller avec un bilan de 9 victoires pour 8 défaites, J.D. Jackson a été remplacé par un de ses assistants, T.J. Parker qui a conduit l’équipe à 10 succès pour 7 revers.
Après son cursus universitaire à Northwestern (NCAA), Terence J. Parker (34 ans) a évolué sous les couleurs du Paris Basket Racing de 2005 à 2007 avant de rejoindre Nancy (2007-2009) avec qui il a été champion de France en 2008. Après une saison à l’ASVEL (2009-2010) et une Semaine des As à son palmarès, il a fini sa carrière à Orchies (NM1) en 2010-2011. Revenu dans la Maison Verte en 2014 pour y être assistant, il a succédé à J.D. Jackson après 17 journées en janvier dernier.

Les joueurs de base de l’ASVEL
Meneur hyper adroit, John Roberson (1,80 m, 29 ans) avait été approché par l’ASVEL dès le mois de mars 2017 avant d’être champion de France avec l’Elan Chalon. En raison de l’abondance des talents dans l’équipe, sa production est moindre qu’en Bourgogne mais il tourne quand même à 10,9 points, 2,1 rebonds et 4,9 passes.
Champion de France en 2013 avec Nanterre puis en 2016 avec l’ASVEL, le polyvalent David Lighty (1,96 m, 29 ans) débute le plus souvent à l’arrière où il apporte son écot (9,6 points, 2,7 rebonds et 2,7 passes). Ses 29 points à Nanterre (22ème journée) l’ont boosté même s’il a levé le pied ces derniers temps.
Venant du banc lors de la première moitié de saison, A.J. Slaughter (1,91 m, 30 ans) démarrait le plus souvent les matchs avant d’y retourner depuis deux matchs. Perdu dans le dispositif villeurbannais, il réalise la moins bonne de ses 4 saisons en LNB (11,3 points, 1,4 rebond et 2,4 passes). Après avoir inscrit coup sur coup 21 points face à Dijon puis 23 à Strasbourg, il a ensuite marqué le pas. Responsabilisé, il en a enquillé 20 face à Pau-Lacq-Orthez avant d’établir son record de la saison à Bourg-en-Bresse (24) et de marquer 21 points à Antarès.
Arrivé en tout début du dernier exercice, l’Américain au passeport serbe, DeMarcus Nelson (1,93 m, 32 ans), s'est rapidement intégré au point de devenir un moteur indispensable de l'équipe. Autrefois précieux des deux côtés du terrain, il semble s’éteindre cette année (5,8 points, 3,2 rebonds et 3,3 passes) même si il a marqué 16 points face à Antibes et 11 lors de la 33ème journée contre Monaco.
Comme beaucoup d’autres, l’excellent shooteur Nicolas Lang (1,99 m, 28 ans) a vu son temps de jeu et ses responsabilités se réduire par rapport à son premier exercice villeurbannais (6,9 points, 1,4 rebond et 0,8 passe).
Longtemps blessé la saison passée, Charles Kahudi (1,99 m, 31 ans) n'avait joué que 16 matches de Pro A lors de la saison régulière. Titulaire indiscutable au poste 3, il cumule 10,9 points, 4,4 rebonds et 1,3 passe. En forme à l’approche des playoffs, il vient de totaliser 24 pointscontre Monaco et 11 au Portel.
Formé à l’ASVEL, le jeune poste 4, Amine Noua (2,02 m, 21 ans) est de plus en plus dangereux comme en attestent les chiffres (11,0 points et 4,7 rebonds).
Vu à son avantage avec Strasbourg pendant le lock-out de la NBA en début de saison 2011-2012 (13,0 points et 6,6 rebonds en 9 matchs), Justin Harper (2,10 m, 28 ans) avait ensuite regagné Orlando. Ailier-fort de grande taille, il tente plus de la moitié de ses tirs derrière l’arc avec bonheur (44,5% de réussite à 3-points). Son jeu plaisait à J.D. Jackson (8,7 points, 3,0 rebonds et 1,2 passe).
Après avoir subi les blessures de Darryl Watkins (2,11 m, 33 ans) et Alpha Kaba (2,08 m, 22 ans), out jusqu’à la fin de la saison, l’ASVEL a perdu Cliff Alexander (2,08, 22 ans) le pigiste médical de Watkins, d’abord victime d’une entorse de la cheville droite puis finalement non prolongé. Les dirigeants ont alors jeté leur dévolu sur Julian Gamble (2,08 m, 29 ans) qui arrive de Bonn (Allemagne) après avoir été éliminé en quarts de finale des playoffs. Ayant débuté sa carrière professionnelle à Saint-Vallier (Pro B), il était un des pivots dominants outre-Rhin (12,4 points à 58,5% aux tirs et 6,3 rebonds) mais aussi en Ligue des Champions (13,9 points à 55% aux tirs et 5,9 rebonds). Contre Nanterre, il a totalisé 13 et 21 points.

Les arbitres de la rencontre
Nicolas Maestre, Fabrice Canet et Johann Jeanneau

79-71 pour l’ASVEL à l’Astroballe
Le MSB se déplaçait à Villeurbanne le 3 décembre au titre de la 11ème journée. Distancés dans le 1er quart-temps (15-22), les Manceaux revenaient au contact à la mi-temps (36-38). Ils renversaient même la tendance après la pause et comptaient 4 points d’avance à 10 minutes de la fin. Hélas, ils ne parvenaient pas à endiguer la vague villeurbannaise dans la dernier acte (71-79).
Les efforts de Justin Cobbs (19 points), Mykal Riley (18) et Terry Tarpey (11) étaient vains alors que ceux de David Lighty (20), Charles Kahudi (18), Amine Noua (13) et John Roberson (11) avaient conduit l’ASVEL à la victoire.

92-90 pour l’ASVEL à Antarès
Le MSB recevait l’ASVEL le 8 avril au titre de la 27ème journée. A la traîne dans le 1er quart-temps (20-26), les Manceaux accusaient un retard de 11 points au repos (35-46). Ils restaient à pareille distance à 10 minutes de la fin (60-71) avant de se lancer dans un vain rallye dans la dernière période (90-92).
Le quintet sarthois composé de Mykal Riley (20 points), Justin Cobbs (19), Youss Fall (18) et D.J. Stephens et Romeo Travis (10 chacun) devait s’avouer vaincu alors que celui de l’ASVEL l’emportait avec A.J. Slaughter (21 unités), Justin Harper (18), Charles Kahudi (15), David Lighty (11) et Cliff Alexander (10).

Le planning des quarts de finale
Mardi 22 mai
19h00 : 3 MSB – 6 Lyon-Villeurbanne
20h50 : 2 Strasbourg – 7 Nanterre
Mercredi 23 mai
19h00 : 1 Monaco – 8 Pau-Lacq-Orthez
20h50 : 4 Limoges – 5 Dijon

Vendredi 25 mai 
19h00 : 6 Lyon-Viilleurbanne – 3 MSB
20h50 : 7 Nanterre – 2 Strasbourg
Samedi 26 mai 
18h30 : 8 Pau-Lacq-Orthez – 1 Monaco
20h30 : 5 Dijon – 4 Limoges

Les 27 et 28 mai auront lieu les belles éventuelles, le 27 à 19h00 si besoin est entre le MSB et l’ASVEL à Antarès.

Tous les matchs sont diffusés gratuitement en direct sur SFR Sports 2.

21ème participation aux playoffs pour le MSB
Depuis 1997, le MSB a figuré dans le tableau des playoffs 20 fois consécutives (record LNB) avant de manquer l’édition 2017. Il a connu 9 éliminations au stade des quarts de finale et 8 autres en demi-finales. Par 3 fois, le club manceau a atteint la finale avec le titre à la clé en 2006 (face à Nancy) avant de s’incliner en 2010 contre Cholet puis face à Chalon en 2012.

Le MSB en playoffs
2016 : Eliminé en demi-finales par Strasbourg
2015 : Eliminé en demi-finales par Strasbourg
2014 : Eliminé en quarts de finale par Dijon
2013 : Eliminé en quarts de finale par Lyon-Villeurbanne
2012 : Battu en finale par Chalon-sur-Saône (76-95)
2011 : Eliminé en quarts de finale par Cholet
2010 : Battu en finale par Cholet (65-81)
2009 : Eliminé en demi-finales par Orléans
2008 : Eliminé en demi-finales par Roanne
2007 : Eliminé en quarts de finale par Chalon-sur-Saône
2006 : Champion de France, vainqueur en finale de Nancy (93-88)
2005 : Eliminé en quarts de finale par Nancy
2004 : Eliminé en demi-finales par Gravelines-Dunkerque
2003 : Eliminé en demi-finales par Lyon-Villeurbanne
2002 : Eliminé en quarts de finale par Lyon-Villeurbanne, futur champion
2001 : Eliminé en demi-finales par Pau-Orthez, futur champion
2000 : Eliminé en quarts de finale par Limoges, futur champion
1999 : Eliminé en demi-finales par Lyon-Villeurbanne
1998 : Eliminé en quarts de finale par Pau-Orthez, futur champion
1997 : Eliminé en quarts de finale par le PSG Racing, futur champion

31ème participation aux playoffs LNB pour l’ASVEL
Dans l'élite depuis la création du championnat de France en 1949, l’ASVEL a participé à 27 éditions des playoffs LNB en 30 saisons. Absents en 2004, 2010 et 2012, les Villeurbannais n’ont pas dépassé le Tour Préliminaire en 1990, 1991 et 1993. Ils se sont arrêtés en 1/4 de finale à 7 reprises (1988, 1989, 1992, 1994, 1995, 2014 et 2015) et en 1/2 à 8 (1997, 2005, 2006, 2007, 2008, 2011, 2013 et 2017). Finalistes 6 fois (1996, 1997, 1999, 2000, 2001 et 2003), les Rhodaniens ont remporté 3 titres de champion de France LNB (2002, 2009 et 2016).

MSB – ASVEL en playoffs 
L’opposition de cette année entre le MSB et l’ASVEL est la 7ème de l'histoire des Playoffs LNB. Le club sarthois a perdu les 3 premiers (1999 avec Alain Weisz puis 2002 et 2003 avec Vincent Collet) avant de vaincre (2-0) en quarts de finale des playoffs 2006 sur la route du titre. En 2013, les joueurs de J.D. Jackson sont tombés en quarts de finale (1-2) avant que ceux d’Erman Kunter ne gagnent au même stade de la compétition en 2015 (2-1).

Les Oppositions au Mans
A ce jour, 35 matchs ont eu lieu en Sarthe entre le MSB et l'ASVEL. Toutes compétitions confondues, le bilan est de 25 victoires sarthoises pour 10 défaites. Les 25 matchs de saison régulière ont vu 18 succès manceaux pour 7 revers. En playoffs, le MSB mène également 6 victoires à 1. Par contre, les Sarthois ont perdu les 2 matchs de Coupe de France. Enfin, les Manceaux ont remporté le match comptant pour le Tour Qualificatif à l'Euroleague en 2010.

Le Mans

#0. Junior ZERO

21 ans, 195 cm, Ailier

#1. Mykal RILEY

32 ans, 196 cm, Ailier-arrière

#3. Justin COBBS

27 ans, 190 cm, Meneur

#4. Chris LOFTON

32 ans, 185 cm, Arrière

#8. Antoine EITO

30 ans, 186 cm, Meneur-arrière

#10. Mel ESSO ESSIS

20 ans, 199 cm, Ailier

#11. Terry TARPEY

24 ans, 195 cm, Ailier-arrière

#12. Yannis MORIN

24 ans, 208 cm, Intérieur

#15. Wilfried YEGUETE

26 ans, 200 cm, Intérieur

#17. Pape-Philippe AMAGOU

33 ans, 185 cm, Arrière

#19. Youssoupha FALL

23 ans, 221 cm, Pivot

#20. D.J. STEPHENS

27 ans, 195 cm, Ailier

#24. Romeo TRAVIS

33 ans, 198 cm, Intérieur

#30. Mathieu NZITA

19 ans, 185 cm, Meneur-arrière

Eric BARTECHEKY

Entraineur

Antoine MATHIEU

Assistant

Dounia ISSA

Assistant

Si Youss Fall ouvrait le score, les Villeurbannais prenaient le match à bras le corps sans véritable opposition sarthoise. Ainsi, les partenaires de Romeo Travis subissaient au point de compter rapidement 19 longueurs de retard (15-34, 13ème). Trouvant alors des solutions, les Manceaux entamaient une belle remontée (31-39, 19ème) mais ils accusaient quand même un retard de 10 unités à la mi-temps (33-43). Après la pause, les Tangos continuaient sur leur lancée jusque sur les talons des Rhodaniens (42-45, 24ème). Hélas, ils plafonnaient et entamaient le dernier acte avec un handicap de 5 unités (53-58). Ne pouvant recoller (57-62, 32ème), les hommes d’Eric Bartecheky lâchaient alors prise (59-72, 36ème). La décision était faite.



Le Mans

VS

Lyon-Villeurbanne

68

points

81

28/61

tirs

33/60

7/22

3 points

9/21

21/39

2 points

24/39

5/8

lancers-francs

6/11

32

rebonds (off/déf)

32

17

passes décisives

17

77

évaluation

93





Si Youss Fall ouvrait le score, les Villeurbannais prenaient le match à bras le corps sans véritable opposition sarthoise. Ainsi, les partenaires de Romeo Travis subissaient au point de compter rapidement 19 longueurs de retard (15-34, 13ème). Trouvant alors des solutions, les Manceaux entamaient une belle remontée (31-39, 19ème) mais ils accusaient quand même un retard de 10 unités à la mi-temps (33-43). Après la pause, les Tangos continuaient sur leur lancée jusque sur les talons des Rhodaniens (42-45, 24ème). Hélas, ils plafonnaient et entamaient le dernier acte avec un handicap de 5 unités (53-58). Ne pouvant recoller (57-62, 32ème), les hommes d’Eric Bartecheky lâchaient alors prise (59-72, 36ème). La décision était faite.

Les Cinq de départ :
MSB : Justin Cobbs, Antoine Eïto, Mykal Riley, Romeo Travis et Youss Fall
Lyon-Villeurbanne : DeMarcus Nelson, A.J. Slaughter, David Lighty, Charles Kahudi et Justin Harper

Le Film du match :
1er quart-temps : 15-27
(15-27).

2ème quart-temps : 18-16
(33-43)

3ème quart-temps : 20-15
(53-58).

4ème quart-temps : 15-23
(68-81).

Le Sarthois du match :
D.J. Stephens a justifié sa récente nomination de 6ème homme de l’année en Jeep Elite. En sortie de banc, il a établi la meilleure évaluation mancelle (13) en 24 minutes. Pour cela, il a marqué 10 points à 4/10 aux tirs dont 2/7 à 3 points auxquels il a ajouté 7 rebonds dont 1 offensif et 2 passes.

Le Chiffre du match :
5. Les Sarthois ont réussi 28 paniers, soit 5 de moins que les Rhodaniens (33). Surtout, ils n'en ont mis que 5 dans le 1er quart-temps. Les joueurs de T.J. Parker ont fait preuve d’une belle adresse (55,0%) alors que celle des Manceaux n’avait rien de critiquable (45,9%). Après avoir tué le match rapidement (15-34, 13ème), les Villeurbannais ont alors évolué plus sereinement. Les louables efforts des Sarthois (42-45, 24ème) ne leur ont pas permis d’effacer un calamiteux premier acte (5/14, soit 35,7%) quand l’ASVEL était sur un nuage (11/15, soit 73,3%).

 

  • Le MansLe Mans
  • Pts
  • Rbds
  • Pd
  • Eval

J. COBBS
  • 14
  • 2
  • 5
  • 10

A. EITO
  • 8
  • 3
  • 3
  • 9

Y. FALL
  • 2
  • 1
  • 0
  • 2

C. LOFTON
  • 0
  • 2
  • 1
  • 2

Y. MORIN
  • 8
  • 1
  • 0
  • 10

M. RILEY
  • 12
  • 1
  • 4
  • 11

D. STEPHENS
  • 10
  • 7
  • 2
  • 13

R. TRAVIS
  • 4
  • 7
  • 2
  • 7

W. YEGUETE
  • 10
  • 7
  • 0
  • 12

 

EQUIPE
  • 0
  • 1
  • 0
  • 1

 

TOTAL
  • 68
  • 32
  • 17
  • 77


  • Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne
  • Pts
  • Rbds
  • Pd
  • Eval

J. GAMBLE
  • 14
  • 5
  • 0
  • 8

J. HARPER
  • 17
  • 9
  • 4
  • 28

A. KABA
  • 0
  • 0
  • 2
  • -1

C. KAHUDI
  • 8
  • 6
  • 0
  • 12

N. LANG
  • 8
  • 4
  • 1
  • 10

D. LIGHTY
  • 1
  • 0
  • 3
  • 2

D. NELSON
  • 9
  • 1
  • 2
  • 8

J. ROBERSON
  • 6
  • 1
  • 4
  • 5

A. SLAUGHTER
  • 18
  • 0
  • 1
  • 17

 

EQUIPE
  • 0
  • 6
  • 0
  • 4

 

TOTAL
  • 81
  • 32
  • 17
  • 93

Eric Bartecheky
Le début de match a été très décevant. Il faut que je trouve un moyen de faire comprendre à l’équipe qu’il faut bien entamer le match. Prendre 27 points en un quart temps, c’est incompréhensible. A chaque fois c’est la même histoire, c’est dommage.
On a 12 pertes de balles, le même nombre que l’ASVEL mais on en a 8 sur les postes d’arrières meneurs. C’est trop alors qu’il n’y avait pas la pression sur le ballon.
On est dans une situation difficile, il faut le reconnaître. On a perdu Terry Tarpey, c’est énorme. On commence le match avec deux meneurs de jeu. L’absence de Youssoupha Fall est préjudiciable. Il se plaint de son genou. Ce sont des joueurs d’impact. A l’entame des play-offs, c’est difficile pour l’équipe mentalement. A l’inverse l’ASVEL apporte du sang neuf. De plus, on ne savait pas jusqu’à peu si Romeo Travis allait jouer. Je ne cherche pas des excuses mais ce qui est regrettable, c’est le manque d’engagement, de concentration, de respect des consignes. Nous sommes déçus du match mais il reste un match à Villeurbanne vendredi. On sait que cela va être compliqué mais il faut jouer sans complexe. Tant qu’il y a de l’espoir, on y va.
Si Romeo n’est pas là vendredi ni Youssoupha ça risque cependant d’être difficile.
Je suis surpris qu’Antarès n’était pas plein ce soir. Ca n’aide pas l’équipe. Ceci dit, on a déjà eu des salles pleines et on a fait le même type d’erreurs que ce soir. On n’arrive pas à entrer dans le match avec l’intensité voulue.
Les sifflets du public du 1er quart temps, c’était un peu dur mais il y a eu des manquements, on a une part de responsabilité. Il faut être prêt mentalement. On a commis l’erreur contre Strasbourg, on a bien rectifié contre Cholet. Soit on débute mal et on court après le score, soit on a de l’avance et on se relâche. C’est une vraie limite.

Romeo Travis
On a commencé soft le 1er quart temps. Les joueurs de l’ASVEL ont été trop à l’aise, ils ont pris confiance et nous on a commencé trop lentement. C’est un problème que je ne sais pas résoudre. On a fait la même erreur que la dernière fois et pourtant le coach a fait un bon travail de préparation mais on n’applique pas les consignes. On n’est pas assez mature et pourtant les joueurs ont de l’expérience.

TJ Parker
On a eu les tirs qu’on voulait au début en attaquant Youssoupha Fall. On a mis des stops et cela a donné un peu le ton. Quand ils sont revenus à 3 points, on a mis des tirs qui nous ont poussés vers le haut. Laisser Le Mans a 68 points c’est une satisfaction. Alpha Kaba a bien défendu sur le pick and roll et c’est à ce moment-là qu’on a décollé. C’est un bon passeur qui ne pense pas qu’à lui. De plus, il nous manquait un grand qui puisse poster, avec Julian Gamble on a trouvé le joueur qui nous manquait. Il a fait seulement 4 entraînements c’est un joueur intelligent qui prend des informations.
Ce soir, on savait qu’il fallait faire un match costaud mais maintenant c’est le prochain match le plus important. Youssoupha Fall est blessé et cela a permis à Justin Harper d’avoir l’avantage au poste 5. On avait insisté sur le début du match, on a battu une équipe du Mans forte, ça peut changer si on n’est pas prêt.

Charles Kahudi
On est rentré de suite dans le match avec une défense en place, un jeu de transition et une adresse. Il faut dire qu’il leur a manqué Fall et à partir de là, il fallait ajuster l’équipe. Nous ne nous sommes pas affolés quand ils sont revenus à 3 points. On a un socle défensif présent et sommes solides mentalement.
Trois victoires contre Le Mans cette saison, cela ne veut rien dire, les joueurs du Mans ont de l’orgueil et veulent rebondir, il nous faut confirmer vendredi. Dans les moments chauds, il faut garder la tête froide. On aurait pu être meilleurs au rebond sans Fall.
Ce n’est que le premier match, il faut corriger ce qui est à corriger, ils seront revanchards. Julian Gamble est arrivé avec beaucoup d’expériences. C’est une plus-value pour nous, il a de l’impact à l’intérieur. Il faut confirmer vendredi. On a le matériel pour avancer.

Le Mans Sarthe Basket

Rue Juan Manuel Fangio
72100 LE MANS
FRANCE

 

Accueil du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 14h à 18h

Tél : +33 (0)2 43 50 21 80
E-Mail : billetterie@msb.fr